Porteil Joseph - Généalogie de Mosset

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Porteil Joseph

Mossétans > Biographies > Biographies M - P


Joseph Porteil (1752-1824)
Maire de Mosset de 1808 à 1816 et de 1821 à 1824
(Sosa 100 avec Implex)



Joseph Porteil est le gendre d’Emmanuel Pares (Sosa 202) par son mariage en 1775 avec Marie Pares (Sosa 101)

Habitation
Il possède la maison à l’arrière du 14 Carretera de Prada (N°377) et les pâtis du 11 Carrer de Santa Magdelena (N°427 de 80 m2), du 8 Carrer dels Pallers (N°426 de 174 m2) et du 2 Carrer de las Sabateras (N°330  de 22 m2)

Juge de paix en 1797
Pendant la Révolution il est Capitaine le 13/9/1789 puis Commissaire le 7 août 1794 (Ruffiandis Pages 79, 80 puis 84). Il est sur la liste des «actifs» c'est-à-dire payant des contributions au recensement du 23 frimaire an 4 (14 décembre 1795) (ADPO Lp1024).
Il est élu le 11 pluviôse an V (30 janvier 1797) juge de Paix du Canton de Mosset. Il traite à ce titre l’affaire François Dimon contre Julien Corcinos (1745-1820).assisté de Maurice Matheu (1732-1812) (Sosa 210) et de Jacques Ruffiandis (1748-1832) Officier de Santé.

Maire de Mosset
-
du 04/12/1791 au 20/03/1793,
- de 09/01/1808  à 1816
- de 06/1821 ou 21/04/1824
Lorsqu’il est en fonction le 28/09/1812  une fiche administrative le concernant nous apprend qu’il a 5 enfants, qu’il est propriétaire et que sa fortune est de 1200 francs. (ADPO 2M36)
Compte tenu de ce que sa fortune sera estimée à 9860 francs lors de son décès, cette «» est probablement à prendre au sens de revenu.
Il décédé avant la fin de son mandat le 15 janvier 1814. C’est Jacques Dirigoy Adjoint qui signe l’acte de décès.
Son fils Gaudérique (1779-1850) (Sosa 84) lui succède et est maire dés le 01/02/1824.

Électeur pour les cantonales (ADPO L1341) :
Aux élections du 5 germinal an VII (25 mars 1799) il est élu Électeur du canton oar 27 voix sur 37. Sont aussi élus
- Sébastien Vial qui obtient 25 voix sur 48
- Jacques Ruffiandis 23 voix sur 31
Par 31 voix sur 41, Joseph Sébastien Escanyer (1764-1839) prêtre est élu Président de l'Administration Municipale.

Marguillier de Mosset (ADPO 5V6)
Le 11 février 1806, le maire Isidore Lavila, dans une lettre au Préfet, dresse la liste des personnes, conformément à l'arrêté du 7 thermidor an XI, pour nomination des 3 marguilliers, qui administreront les revenus de l'église et la fabrique de Mosset : sont proposés
Joseph Porteil, Joseph Corcinos Llopet, Jacques Ruffiandis, Jean Not, Maurice Matheu (1732-1812) (Sosa 210), Jacques Commenge.

Acquisition des meubles d'Aguilar (ADPO 1Q517)
Il acquiert 1 garde à manger pour 13 livres, du château de d'Aguilar, lors de la vente par enchères selon le décret du 30-10-1792. D’autres meubles qui avaient disparu avant la vente ont été retrouvés le 27 frimaire an II, dans les conditions suivantes :
«Nous Isidore Lavila, commissaire du district de Prades en exécution de l'arrête pris par le Conseil de District  en date du 18 frimaire an II, nous sommes présentés par devant le conseil Général de la commune de Mosset assisté des citoyens Dominique Borande brigadier et Joseph Fabre gendarme de la brigade de Prades.
Le conseil a décidé de se rendre de suite aux maisons des particuliers de la commune pour y faire des visites domiciliées et de retirer tous les effets appartenant à la République, ou laissés ou vendus par les Espagnols.
»

Les effets vendus appartenaient en grande partie à d'Aguilar Émigré qui les tenait déposés dans la maison qu'il possède dans cette commune et qui a été dévastée et pillée par les espagnols. L’inventaire est le suivant
1 garde robe en bois de pin,
1 farinère
1 garde à manger en bois de pin sans couvert,
1 garde robe
18 lots au total qui, lors de la vente du 02 brumaire an III (,23 octobre 1794) ont apporté 593 livres alors que les meubles des d'Aguilar à Perpignan ont rapporté 7397 livres.
On sait que le château de Mosset n’était plus habité par le baron d(Aguilar depuis le début du XVIIe siècle et par conséquent les meubles pouvant s’y trouver n’étaient pas de grande valeur.
Le compte rendu de la vente est signé par les officier municipaux : Porteil, Cantier, Climens, le maire Prats, et Galiay notable ex-curé.

Commissaire expert du district pendant la Révolution
Joseph Porteil
est, avec Sébastien Comenge (1753-1829), nommé commissaire expert par le Directoire du district de Prades le 16 octobre 1793, avec pour tâche, accompagné des officiers municipaux de Mosset (Climens et Rousse), d’estimer la valeur de vente des biens nationaux provenant de l’émigré Aguilar.
le 23 ventôse an II (13 mars 1794) (ADPO 1Qp159) ils estiment à 1900 livres le Moli d’en haut à 860 livres, un parterre avec maisonnette au nord-ouest sous la terrasse à 350 livres.
Le 30 ventôse an II (20 mars 1794) (ADPO 1Qp159) à Monseriu estimé à 1900 livres pour un premier lot et 1850 pour un second.
Le 11 ventôse en II (1 mars 1794) à la Font de las Senyoras 3 champs contre la muraille estimés à 400 livres, et une pièce de terre pré à Serradell à la Font del llop estimé 300 livres et un jardin clos par un mur
Le 27 pluviôse an II (15 février 1794) à la maison de l’ancien four  banal estimée à 1200 livres, un pâtis entouré d’un mur estimé 50 livres et un champ au Camp d'en Xinou de tras de la Portelle estimé 260 livres confrontant d’orientdu midi et du couchant le champ d’Etienne Pares (Sosa 64)
Le 28 pluviôse en II (16 février 1794) à un pré au Sola estimé 700 livres, un autre pré à la deveze de del Mary  répartie en 2 lots  de 800 et 900 livres à un pré dit Lo prat de lhorta le long du ruisseau de Mosset à Molitg pour 500 livres.
Le 23 ventôse (13 mars 1794) au moulin d’en bas estimé à 700 livres.
Le 4 germinal de l’an II (24 mars 1794) au Cortal (Couvert de tuiles) d’en Muzulla au Pla de Pons estimé à  3200 livres en 2 lots..
Le 2 germinal de l’an II (22 mars 1794) à la Close un champ divisé en 4 lotsle premier, la Coba,  estimé 600 livres et le 3e, lo camp llarch à 1200 livres et le 4 800 livres

Estimation des biens de d'Aguilar
Une pièce de terre champ et pré « Monseriu et le prat de l'orry »
1- Estimation du bien le 30 ventôse an II (20 mars 1794) (ADPO 1Qp159)
L'estimation a été faite par Joseph Porteil (1752 -1824) et Sébastien Comenge (1753-1812) de Mosset, commissaires experts nommés par le directoire du district de Prades le 16 octobre 1793. Ils se sont accompagnés de Climens (Martin ? 1750-1828) et Rousse (Emmanuel ? 17421808) de la municipalité de Mosset.
L’ensemble est partagé en 2 :
Lot champ et prés confrontant :
- d'orient, le ravin ou « correch » de « la grange »
- du midi, Corcinos Julien (1745-1820) et le ravin qui descend du « Nio de l'asto »,
- du couchant, le même ravin,
- de septentrion, le jalon N°1 et les vacants.
Estimation : 1900 livres. Surface : 65 journaux.
Lot champ avec garrigue et prés confrontant :
- d'orient, le ravin ou corech de la grange,
- du midi, avec le jalon N°2.
- du couchant, le rocher qui forme la division de cette terre avec les vacants,
- de septentrion, Corcinos Julien
Surface : 65 journaux. Estimation : 1850 livres.

Estimation des biens de d'Aguilar
Un « parterre » composé des N°246, 247 et 118, 119
1- Estimation du bien le 23 ventôse an II (13 mars 1794) (ADPO 1Qp159 et 1Qp157)
L'estimation a été faite a été faite par Joseph Porteil (1752 -1824) et Sébastien Comenge (1753-1812) de Mosset, commissaires experts nommés par le directoire du district de Prades le 16 octobre 1793. Ils se sont accompagnés de Climens (Martin ? 1750-1828) et Rousse (Emmanuel ? 17421808) de la municipalité de Mosset.
Description : confrontant :
- d'orient, Julien Sarda (1765-1825) (N°246 du 1811)  et Lin Vidal (1757-1817),
- du couchant, un morceau de vacants ou se trouve la porte d'entrée du dit parterre,
- du midi, le chemin,
- de septentrion, la place « la terrasse ».
Au bout du parterre sur la partie orientale 2 petits cabinets ou maisonnettes bâties….
Estimation : 350 livres. Fermier : Matheu Produit : 16 livres par an.

Estimation des biens de d'Aguilar
Le moulin à farine
dit « Moli de dalt » et champ attenant.
1- Estimation du bien le 23  ventôse an II (13 mars 1794) (ADPO 1Qp159)
L'estimation a été faite a été faite par Joseph Porteil (1752 -1824) et Sébastien Comenge (1753-1812) de Mosset, commissaires experts nommés par le directoire du district de Prades le 16 octobre 1793. Ils se sont accompagnés de Climens (Martin ? 1750-1828) et Rousse (Emmanuel ? 17421808) de la municipalité de Mosset.
Description : « un moulin à farine dit « Moli de dalt » avec un logement pour un meunier et à l'étage un corps de logis formant une chambre, avec 2 meules et tous leurs outils, plus un champ de 3/4 de journal de terre confrontant :- d'orient, la veuve Rose Morer (Née Laplace 1742-1827), un chemin au milieu,
- du midi, la rivière,
- du couchant, le ravin (ou rocher ?) appelé ravin du «  Congoust  »
- de septentrion, le Jacques Vidal et Étienne Porteil (Le curé ?).
»
Estimation : 850 livres. Fermier : Matheu Produit : 42 livres par an.

3E12/505 Répertoire Hipolite Escape 1809-1811
Accord le 02/06/1806 entre  Joseph et  Gaudérique Porteil

Transfert de propriété à son fils par vente (3E21/497 Hipolite Escape N°91 Folio 323)
Le 21 floréal an VI (10 mai 1798), Joseph Porteil (1752-1824) cultivateur à Mosset vend à son fils Gaudérique Porteil (1779-1850) (Sosa 84)
1 - la moitié d’une maison à la rue du four (N°377 à l’arrière du 14 Carretera de Prada) qui confronte avec Joseph Pajau (1741-1804) (N°378), la rue publique et Étienne Radondi (N°376)
2 - un corps d’héritage composé d’une bergerie, une pièce de terre champ et pré, le tout attenant, situé à las Barreras, qui a appartenu au monastère de Corbiac,d’une contenance de 32 journaux de terre.
Elle confronte Pierre-François Arrous, Jacques Commenge, Gaudérique Fabre, Jacinthe Assens, Emmanuel Fabre, Julien Corcinos, des herms vacants et autres.
3 - un demi journal de terre champ à prendre une pièce de terre située art Roudoules se qui confronte avec Julien Corcinos, Martin Climens, Jacques Corcinos, Étienne Porteil et autres.
4 - la moitié d’une pièce de terre champ à Cantacou d’une contenance de trois jours l’eau de terre confrontant avec des héritiers Campoussy, avec la rivière de la Castellane, le chemin du col de jour.
La vente se fait pour le prix de 3600 de vivre en espèces métalliques qui ont été comptées et payées avec du numéraire à la vue du notaire et des témoins.

Contrat à de mariage entre Gaudérique Porteil et Marie Corcinos (3E21/497 Hipolite Escape N°92 Folio 324)
Le 21floréal de l’an VI, 10 mai 1798, jour où Joseph Porteil vend à son fils Gaudérique (Sosa 84)une partie de ses biens,
Gaudérique Porteil cultivateur et Marie Corcinos (Sosa 85), en présence de leurs parents, rédigent le contrat de mariage qui suit.
Les parties déclarent se prendre mutuellement et réciproquement avec leurs droits quelconques.
Le père et fils Porteil et leurs familles respectives ferons une commune habitation et exploiteront en commun leurs biens. Le père Porteil jouira de la constitution dotale de la fiancée, qu’il recevra et moyennant cela, il nourrira et habillera les fiancés et leur famille à naître, dans la maison d’habitation, travaillant ces derniers à son profit et avantage.
Julien Corcinos, père de la fiancée, constituera une dot en avancement d’hoirie paternelle à sa fille qui accepte la somme de 3000 livres qu’il promet et s’engage à payer et compter à sa fille et pour-elle à son futur beau-père ou à son fiancé avec des espèces métalliques de la façon suivante
D’abord 600 livres tout présentement et avant la signature du présent acte, 400 F dans deux ans à compter de ce jour, 1000 livres de ce jour à deux ans et la restante somme dans trois ans, sans intérêts jusqu’alors.
Corcinos promet de tenir la dite libéralité, de l’exécuter et de ne la révoquer pour quelque motif que ce soit.
Pour l’apport de charges de ce mariage Marie Corcinos fiancées se constituent en dot d’une part ce qui vient de lui être donné et promis par Julien Corcinos son père et d’autre part et généralement tous les biens présents et à venir, dont elle fait jouissant et usufruitiers les dits Joseph Porteil et Gaudérique Porteil les futurs beau-père et époux respectifs.
Le mariage durant à la charge par eux de les reconnaître et assurer sur leurs biens avec promesse de restitution sous la forme ordinaire.
Pour l’exécution de tout ce qui précède et tout dommages et intérêts et les parties chacune de en leur égard et mutuellement obligent leurs biens.
Joseph et Gaudérique Porteil et Marie Corcinos en qualités d’usufruitier et de propriétaires de leur bon gré ont confessé et reconnu avoir reçu comptant, en numéraires métalliques au vu du notaire et des témoins, de Julien Corcinos ici présent et acceptant la somme de 600 F. Cette somme de 600 F été prise et embourse par Joseph Porteil qui assigne et assure tous ses biens pour être restitué à la future belle-fille en son temps et lieu.
Les fiancés déclarent qu’ils ne sont point compris personnellement dans aucun rôle de contribution et que le revenu annuel du père de la fiancée qui a cinq enfants est de 400 F.
La fiancée et sa mère ainsi que la mère du fiancé ont déclaré ne savoir signer.


Déclarations de succession de Joseph Porteil  (ADPO 5W561 N°315)
le 10 décembre 1824 est comparu Gaudérique Porteil propriétaire à Mosset, agissant tant en son propre nom que comme se portant fort pour Isidore, Marie-Thérèse, Marie Grâce et Marie Porteil ses 4 frères et soeurs.
Il a déclaré que Joseph Porteil leur père est décédé le 15 janvier 1824 après avoir fait testament devant Me Felip notaire à Prades le 31 décembre 1823, enregistré le deux avril suivant, par lequel il lègue au comparant le quart de ses biens et que par son décès ils ont recueillis les biens ci-après situés à Mosset.
1 - une moitié de maison d'un revenu de 30 F au 14 Carretera de Prada (N°377)
2 - une écurie rue "del Fourn" d'un revenu de 1,50 F au 2 Carrer de las Sabateras (N°330  de 22 m2)
3 - une grange avec dépendances à la porte "de Dalt" d'un revenu de 75 F
4 - un pré à Corbiac
5 - un champ arrosable à Roudoules
6 - un champ non arrosable
7 - un jardin au Congoust
8 - un jardin "Als horts d'amun"
9 - un champ à "Cantacou"
10 - une vigne à "La Courate"
11 - un corps d'héritage "Al Fouqué et à Lo Garboulet" consistant en grange, petite maison, champ et pré et terres incultes
12 - une …. à "Las arènes",
soit un revenu total de 493 F formant un capital de 9 860 F.
La valeur du mobilier est inférieure à 100 F.

 
Mis à jour le 27/07/2017
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu