Matheu Sébastia - Généalogie de Mosset

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Matheu Sébastia

Les Mossétans > Biographies > Biographies M - P


Sébastia Matheu (1693-1745)
Battle de Mosset de 1720 à 1721




Isidore «ébastia» Matheu, né à Mosset le 4 janvier 1693, est fils de Galceran Matheu (Sosa 840), batlle de 1699 à 1720 et de Francisca Garrigo.

Tirage au sort des Miliciens
Le 1 juillet 1726 il fait partie des jeunes hommes rassemblés sur la place de Mosset pour le tirage au sort des 4 Miliciens de Mosset.
Il est l’un de ceux que le hasard a désigné ce qui fait que c’est uns des rares personnes de Mosset du début du XVIIe siècle dont on connaît un descriptif.
Il a 30 ans (en fait 33), les cheveux noirs, le visage rond, les yeux grisâtres et enfoncés, le nez pointu, et est marqué par la vérole Il mesure 1,38 m ( 5 pieds 2 pouces). (ADPO 1C668)
Voir >>> Milice de 1726

Les fiançailles sans suite
Le 30 octobre 1819 un contrat de mariage est conclu avec Thérèse Queya de Villefranche-de-Conflent. Ce contrat est résilié le 1er avril 1720 chez le même notaire François Hogueres à Villefranche-de-Conflent. (3E11/646). Les raisons ne sont pas connues. Le 8 avril suivant Sébastia Matheu épouse à Mosset Marguarette Oliver et le 11 mai suivant l’ex-fiancée épouse Jean Baptiste Plet.
Les Matheu appliquaient le proverbe catalan : “Si vos estre ben casat case te in del bahinat”. Il a préféré trouver femme à Mosset et non à Villefranche. Son frère,  Domingo Matheu (Sosa 420), l’a suivi en épousant, à Mosset bien entendu, Maria Oliver sœur de sa belle sœur, Marguarette Oliver.

Riche propriétaire
Le dénombrement de 1730 à Mosset nous apprend de plus qu’il est pagès, marié, qu’il a deux enfantsun garçon de moins de 15 ans [Maurice né en 1721 qui sera juge de paix) et une fille [Joseph né en 1724 qui épousera Emmanuel Romeu], 2 maisons, 2 boeufs de labour, 2 chevaux et mulets, 18 Eminades de terres (bonnes, médiocres, mauvaises et incultes). 2 Eminades de vigne (bonnes, médiocres, mauvaise), 1 Eminades de terres pour le fourrage. (ADPO 1C1902)
L'Eminade (ou ayminade) du Roussillon valait 59,273 ares.
En 1720, année de son mariage et par son contrat de mariage et par le testament de son décédé le 14 août 1720 Sébastia a reçu tous les biens de son père, sa mère gardant l’usufruit.

Batlle
La même année, le 6 novembre 1720, alors qu’il n’a que 27 ans, il est nommé Batlle général de la baronnie de Mosset et succède ainsi à son père. (ADPO 3E21/339 Folio 486 Onufre Bordes)

Curateur de son cousin Simon Matheu
Le 26/10/1720 Sébastien Matheu curateur de Simon Matheu fils des disparus Joan et Marie Rose Ginestosa.
Le marquis d'Aguilar prête une somme de 400 livres à un taux de 5% soit 20 livres par an, versés le jour de la fête de la Toussaint..
Comme garantie de cette somme le curateur apporte une maison à Mosset sur la place confrontant :
- d'orient Mancie Prohom née Lacomba
- du midi La place de Dalt
- d'occident le seigneur d'Aguilar
- de tramontane Julien Faure ou Fabre avec ruisseau au milieu


Ses deux maisons
La première est identifiée dans son contrat de mariage en 1720 avec Marguarette Oliver, c’est la maison du 4 Escaler del Jutge (N°205) dans la rue qui va au château confrontant :
- d'orient Jean Antoine Bruzy (<1703-1742) au 4 Escaler del Jutge (N°204)
- du midi Cantier au 4 Plaça de Dalt (N°218)
- d'occident le seigneur de Mosset don Jean de Crouilles y de Santa Pau marquis d'Aguilar au 6 Escaler del Jutge (N°206)
- de tramontane avec la rue qui va au château soit l'escaler del Jutge.

La seconde est

La rébellion contre la démolition des fours à pain clandestins
Sébastia Matheu a été le meneur de la rébellion contre la démolition des fous à pain clandestinsle 16 décembre 1737..

Voir >>> Rébellion

Remboursement d'une rente du 1er février 1774 Perpignan.
Remboursement d'une rente de 115 livres, soit pour un capital de 2300 livres, fait par M. le comte de Darius à Pierre d'Aguilar.
Reçu de don Bernard Louis de Ardena et de Darius, conseiller de sa majesté catholique, majeur de la royale audience de Catalogne, domiciliés à Barcelone,
la somme de 2300 livres, en vertu de la session en paiement et transport fait par Sébastien Matheu, pages de Mosset, comme fondé de procuration des Dames Marguerite Oliver, sa belle-mère, et Marguerite Matheu et Oliver son épouse, à feu don Jean de Crouilles et de Santa Pau par contrat du 22 janvier 1740 retenu par Joseph Costa, notaire à Perpignan.
Laquelle dite rente fut constituée dans le même contrat par feu dont Bernard de Ardena et de Darius, comte de Darius et de Las Illes, père du comte de Darius, en faveur de Sébastien Matheu. (3E15/74 folio 53)

Vente de la propriété au Cortal dels molines den Borrell
Le 13 janvier 1755.le révérend Maurice Matheu (1791- > 1800) prêtre et vicaire de l'église de Clara, et Marguerite Olivier veuve de Sébastien Matheu (1693-1745) Pagès de Mosset, mère et fils, vendent à Vincent Laplace, habitant la métairie de Sant Julia, une pièce de terre vulgairement appelée " le cortal dels molines den Borrell ", avec un champ, pré et autres propriétés cultes et incultes situées au " pla de Pons " de la contenance de trente journaux et confrontant :
- d'Orient avec François Climens,
- du midi avec Bernard Remaury et l'acquéreur,
- et du couchant avec le ruisseau " dels Salancha ",
- de septentrion avec Joseph Borell.
Le prix a été fixé à 700 livres monnaie de France.
De cette somme l'acquéreur retient de 155 livres quatre sols pour se payer 220 livres du remboursement du capital d'une rente de onze livres en pension versée tous les ans le 29 novembre.
Le dit Laplace acquéreur est en droit de recevoir sur les biens des mère et fils vendeurs suivant la convention et reconnaissance de ladite dette faite par Oliver Mathieu au profit de Laplace par contrat du 13 janvier 1745 passé devant le notaire Onoffre Bordes.
Et les 35 livres quatre sols restant pour l'entier paiement des pensions de la même rente venue à terme le 29 novembre dernier pour les 440 livres 4 sols restants.
Vincens Laplace versera à Emmanuel Romeu pages de Clara et à Josèphe Matheu mariés pour solde et entier paiement de celle de 1100 livres que feu Sébastien Matheu et Marguerite Oliver ont promis au contrat de mariage de leur fille du 16/05/1744 passé devant Bordes notaire à Prades. (ADPO 3E23/11 Folio 29)

 
 
Mis à jour le 10/09/2014
Retourner au contenu | Retourner au menu