Bazinet Sébastien Médecin - Généalogie de Mosset

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Bazinet Sébastien Médecin

Mossétans > Biographies > Biographies A - C

Sébastien Bazinet (1810-1881)
Médecin
Maire de Mosset de 1848 à 1851
De 1867 à 1870 et en 1875

Sébastien Bazinet est né à Mosset le 10 août 1810 de Sébastien Dominique Bazinet (né à Mosset le 20 janvier 1777, propriétaire et négociant) et de Marie Thérèse Lavila (née le 18 août 1818),  fille d’un riche meunier très actif pendant la Révolution et  maire de Mosset en 1800.

Il est l’avant dernier enfant d’une fratrie de 4 garçons et 3 filles. Seuls survivront Sébastien Dominique et son Joseph (1799-1845), lequel sera curé à Urbanya, vivront au delà de l’âge de 15 ans. Ses autres frères et sœurs ne passeront pas le cap des 2 ans. Ce taux de mortalité infantile, qui touche gravement la famille, n'est pas exceptionnel à cette époque à Mosset. Il a peut-être incité les parents à choisir pour leurs deux fils survivants la science pour le premier qui sera médecin et la religion pour l'autre qui sera ecclésiastique.
On remarque que l'avant dernier de ces 7 enfants a été prénommé Jules César Auguste, peu de temps après la chute de l'Empire.

Sébastien Bazinet en 1875

Le mariage en 1839
Sébastien
se marie avec Marie Thérèse Lavila (1818-1890) le 28 avril 1839 contre la volonté de ses parents qui voulaient le voir épouser Clotilde Matheu (1813) petite fille d’un riche propriétaire gérant de bien et juge de paix à Mosset.
Ce mariage a été précédé de la séquestration du jeune médecin dans les conditions rocambolesques qui font l'objet d'un article dans le
JDM N°64 de novembre 2008.

Service militaire
Au conseil de révision de la classe 1830  il tire le N° 238. (Tirage 39).
II est remplacé par Sales Jean-Baptiste dit "Patraque", né le 8.12.1810 à Mosset et donc de la même classe, fils de Jean Sales, maréchal à forge, et de Arcens Thècle. Ce remplaçant aurait, lui-même, été remplacé par son frère Antoine Sales dit "Sobraques" en 1831.
Sur la Table alphabétique du registre matricule du 29/08/1831 de la Garde Nationale de Mosset en 1832, il est déclaré "Célibataire, étudiant en médecine et remplacé à l'armée. (ADPO 1R55)

Déscrption au Conseil de Révision

Taille

1,850 m

Cheveux

Noirs

Sourcils

Noirs

Yeux

Châtains

Front

Découvert

Nez

Ordinaire

Bouche

Moyenne

Menton

Rond

Visage

Ovale

Teint

Brun


Sébastien médecin en 1833

Il fréquente l'école primaire à Mosset. C’est un solide garçon, grand pour cette époque 1m85.
Il fait des études de médecine à la faculté de Montpellier et devient chirurgien externe de l’Hôtel Dieu St Eloi à Montpellier.
Sébastien passe sa thèse en 1833, pour obtenir le grade de docteur en médecine. Avec comme sujet La Syphilis et une note complémentaire sur la phtisie.
Il reçoit son diplôme le 22/03/1833 à  Montpellier. (ADPO 3U399)
Un an plus tard il est médecin à Mosset. Il n'a que 24 ans. Comme on l'a vu, il n'a pas fait le service militaire qui est de 7 ans depuis 1824.


Exercice illégal de la pharmacie
En 1843, il comparaît dans une procédure engagée contre la vente de médicaments à Mosset.
Voir http://www.histoiredemosset.fr/pharmacie.html

Financement des prestations médicales
En octobre 1855, Sébastien organise un système de payement sous forme de cotisation annuelle,
(Assurance avant l’heure) où, pour une somme déterminée à l’avance, il soignera durant l’année une famille. Un carnet d’abonnement est ouvert pour des soins pendant l’année moyennant la somme de 10 francs ou le versement en nature de seigle (3 doubles décalitres), avec en préambule les conditions de sa prestation. Les cas particuliers sont prévus (fractures, longues maladies, accouchements…..) (Source François Bazinet)
Cette initiative est à souligner. La sécurité sur le principe de l'assurance est peu connue à cette époque et particulièrement à Mosset. On sait ce pendant que le 27 novembre 1833, la maison Pompidor du 2 Plaça San Julia, détruite par un incendie était assurée à la
Compagnie le Phénix.

Maire de Mosset
Son père Sébastien Dominique Sébastien (1777->1839) avait été membre du conseil municipal de 1821 à 1933. En 1833 favorable à de Massia et donc opposé à Lavila Barthélemy (1781-1867) il démissionne. Le fils reste sur la même voie et sera maire de Mosset de 1848 à 1851, de 1867 à 1870 et en 1875.

En 1848, il a 38 ans. Il est nommé pour remplacer Maurice Corcinos dans l'attente des élections municipales de juillet. Il est confirmé comme maire par le nouveau conseil municipal conformément à la nouvelle loi municipale qui fait, pour la première fois depuis 1800, que le maire n'est pas nommé par le préfet mais élu par le conseil.
En 1851 Sébastien Bazinet est révoqué et remplacé par Etienne Corcinos (1805-1867). Aux élections du 22 août 1852 il est élu au Conseil municipal en deuxième position ave 88 suffrages pour 132 votants. Etienne Corcinos qui n'a pas la majorité est cependant maintenu dans sa fonction de maire.
Voir Période de 1848 à 1852 - Municipalités - Histoire de Mosset
Par ailleurs, il figure sur la liste des 38 jurés de Mosset pour l'année 1856 établie le 15/09/1855 (Archives de Mosset)

Sur proposition du sous préfet, Sébastien est nommé maire le 29 janvier 1867. On apprend que ses revenus sont évalués à 3000 francs et qu'ils sont deux fois plus élevés que ceux de son concurrent Joseph Cantié (1796-1867), officier de santé.
Voir Période de 1862 à 1869 - Municipalités - Histoire de Mosset

En 1866 il est impliqué dans les luttes intestines qui opposent le curé desservant Antoine Trilles (1823-1892), l'ancien maire Gaspard Palol (1815-1900), l'Instituteur Jean Montal (1832) et, plus tard, l'institutrice Adèle Cantié (1847-1923).
Voir http://www.histoiredemosset.fr/mossetpdf/n81_luttes_1866_70_septembre_2011.pdf

Le 25 septembre 1870, après proclamation de la République du 4 septembre 1870, il rend ses comptes de maire à la nouvelle municipalité.
Aux élections municipales du 30 avril 1871 il est élu membre du conseil municipal en quatrième position avec 137 suffrages sur 247. Il n'obtient cependant qu'un seul suffrage à l'élection du maire.Il ne se présente pas en 1874.

En janvier 1875, le maire Jacques Ruffiandis (1823-1891) est révoqué. Sébastien Bazinet est nommé maire par le Ministre de l'Intérieur. Il démissionne au mois d'août suivant, son nouveau et jeune collègue, le médecin Benjamin Cantié (1842-1900), fils de l'officier de Santé Joseph Cantié décédé en 1867, organisant une opposition systématique rendant la fonction de maire intenable. Son successeur, Etienne Dimon, ne tiendra pas plus d'un mois.
Voir http://www.histoiredemosset.fr/electionns-de-1871-a-1884.html

La démission de Sébastien n'affaiblit pas l'opposition professionnelle et politique contre Benjamin Cantié. Elle va s'intensifier, Le premier est conservateur, le second est républicain.

Avec le soutien de l'Administration préfectorale, l'opposition provoque une enquête, pour offense de Benjamin Cantié au Président de la République. Cantié sera révoqué le 27 août 1877. Une commission spéciale se substitue au Conseil Municipal. Sébastien Bazinet en fait partie mais il n'en est pas le maire..
Voir http://www.histoiredemosset.fr/affaires-cantie.html

Vente de maison du 10 Escaler del Jutge
Le 29/05/1845, Sébastien Bazinet, vend à Barthélemy Ponsaillé, cultivateur, une maison à Mosset (N°208 au 10 Escaler del Jutge) dans la rue qui conduit au château, confrontant :
- de l'est Gontran Matheu (N°195) avec la rue au milieu
- du sud la maison (N°207 au 6 de l'Escaler del Jutge) des héritiers de Marguerite Gaspard veuve Assens
- de l'ouest le ravin connu sous le nom de Ball
- du nord la maison (N°209 au 3 Sota Muralla) de Blaise Pebrell.
La maison cédée appartient à Sébastien Bazinet pour l'avoir héritée de son père Sébastien Dominique Bazinet, lequel l'avait achetée à la voisine Marguerite Gaspard veuve de Joseph Assens, par acte du 17/07/1835 chez Me Felip notaire à Prades.
Son prix est de 400 francs. (ADPO 3E47/28 N°123 Maître Lacroix)

Jugement correctionnel avec partie civile au tribunal de Prades le 3-12-1868
Entre Rémy Jacomy, propriétaire des anciennes forêts seigneuriales, résidant à Prades
Et
- Baptiste Dalbiez, propriétaire à Mosset,
- Jacques Oliva, berger du dit Dalbiez,
- Jean Grau dit "Rampette", berger communal,
- La commune de Mosset, représentée par son maire, Sébastien Bazinet,
accusés d'avoir :
"1 - Baptiste Dalbiez et Jacques Oliva, le 04-06-1868, introduit à la dépaissance, dans la forêt appartenant à Rémy Jacomy, au lieu dit "La jasse de Sarradère", au-dessus du petit sentier qui passe au fond de la dite Jasse, un troupeau de 150 bêtes à laine et 9 chèvres appartenant au dit Dalbiez sous la garde de Jacques Oliva, son berger.
2 - Jean Grau dit "Rampette", berger de Mosset, le 05-08-1868, fait dé paître 120 bêtes à cornes faisant partie du troupeau communal, sous la garde du dit Grau, dans la forêt du dit Jacomy au lieu dit "La Carbonnere", entre la forêt et la ravière du Caillau
."
A la suite de l'intervention du maire de la commune de Mosset, Sébastien Bazinet, le tribunal a décidé de surseoir à statuer jusqu'à ce que la question préjudiciable soulevée par la commune de Mosset ait été vidée. Elle fixe à 2 mois le délai dans lequel la commune de Mosset sera tenue de saisir les tribunaux compétents. (ADPO 3U3103)

La succession de Sébastien Bazinet

Sébastien Bazinet décède à Mosset le 4 septembre 1881, à 71 ans, laissant Thérèse Lavila (1818-1890) sa femme qui lui survivra jusqu’au 7 février 1890.


Déclaration de la succession de Sébastien Bazinet époux de Thérèse Lavila.
Le 22 novembre 1881 a comparu Léontine Bazinet, majeure sans profession, agissant tant en son nom personnel que comme se portant fort pour :
1 - Louise Bazinet sa sœur fille majeure.
2 -Léon Bazinet, sous lieutenant d'infanterie au 88e Régiment de Ligne en garnison à Mirande dans le Gers
Tous les trois à Mosset.
Elle a fait la déclaration suivante.
Sébastien Bazinet, époux de Thérèse Lavila avec laquelle il était marié sans contrat, docteur en médecine à Mosset, y est décédé, intestat, le quatre septembre 1881 à l'âge de 71 ans ne laissant pour lui succéder que ses trois enfants ci-dessus nommés.
La succession se compose de :
Communauté légale.
Meubles
1 - effets mobilier meubles meublants détaillé dans l'État ci annexé et estimé article par article à la somme de 500 F.
2 - quatre obligations communales et départementales du Crédit Foncier de France de 500 F à 4 % en numéro 5961 côté à la bourse le trois septembre 1891 à raison de 508,13 F soient autres par le 2032,52 F.
Soit au total de 1532,52 F.
Immeubles propres
1 - une maison à Mosset rue del Trot d'un revenu de 200 F soit en multipliant par 20 un capital de 4000 F. C'est la maison du 2 Carretera de Prada.
Signé Léontine Bazinet. (ADPO 114W155 N°122)

Déclaration de la succession de Sébastien Bazinet, décédé le 4 septembre 1881 - omission.
Le deux novembre 1882 reçu de Léontine Bazinet majeure sans profession à Mosset la somme d'un franc pour droit simple et en sus sur l'omission par elle commise dans la déclaration qu'elle a souscrite à ce bureau le 22 novembre 1881, numéro 122 après les décès de Sébastien Bazinet, son père, docteur médecin survenu à Mosset le quatre septembre 1881, d'une terre inculte d'environ 13 ares à Mosset au lieu-dit Plat de Rodoles, vendue par acte chez Me Mas notaire du 13 mai 1882, enregistré le 23, à Joseph Mayens propriétaire à Mosset pour le prix de 40 F. (ADPO 114W155 N°318)

Déclaration de succession de Sébastien Bazinet, décédé le 4 septembre 1882.
Le trois mars 1885 a comparu Léontine Bazinet célibataires sans profession à Mosset, agissant pour elle et pour Léon Bazinet, Adolphe Gaché en retraite à Mosset et Léon Bazinet lieutenant d'infanterie au 28e de ligne actuellement à Toulon.
Elle a fait la déclaration suivante.
Sébastien Bazinet époux de Thérèse Lavila avec laquelle il était marié sans contrat est décédé à Mosset le quatre septembre 1882 et sa déclaration de succession a été souscrite en ce bureau le 22 novembre 1882.
Il résulte de cette déclaration que la cousine de la comparante... Sur lesquelles le... 1053,75 F.
...depuis lors suivant acte chez Me Mas notaire du 24 juin 1883 enregistré le même jour la veuve Bazinet a renoncé à la... légale ayant existé entre elle et son mari.
Le total de la valeur qui l'a composée s'élevant à 2532 F fait partie de l'hérédité du mari
Signé Léontine Bazinet. (ADPO 114W156 N°445)

La maison du 3 Carretera de Prada
Cette maison a toujours été considérée comme l'ancien hôpital ou hospice de Mosset. Des actes de décès du 17e siècle mentionnent ce lieu.
Avant 1884, cet immeuble important présentait deux accés : par le Carrer de Santa Magdelena  à l'Ouest et par la Carrer de l'Hospital Vell à l'Est.
En 1884, la construction de la nouvelle route de Prades, qui entraîne la suppression de la maison Radondy (N°388 du plan cadastral) au nord, permet l'ouverture d'un porte directement sur la route. Elle sera numérotée et désignéee, vers 1980,
3 Carretera de Prada.
Un article paru dans le JDM N°38 de Juillet 2004 analyse l'épigraphe au-dessus de l'entré. Elle est  formée de lettres S, L et B entrelacées qui désignent les initiales de la famille Bazinet Lavila.
S pour Sébastien
L pour Léon, Louise, et Lavila
B pour Bazinet.
Voir http://www.histoiredemosset.fr/mossetpdf/n38_juillet_2004_bazinet.pdf

Epigraphe du 3 Carretera de Prada
 
Mis à jour le 27/07/2017
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu